Gorgias est un philosophe sophiste né dans la ville grecque de Léontini vers 485 av. J.-C. et mort en 380 av. J.-C., à l’âge de 105 ans. Disciple d’Empédocle, il connaît la doctrine des pythagoriciens et de Mélissos de Samos, mais finit par devenir sceptique.

Il commence à enseigner en Sicile, puis se rend à Athènes. À la fin de sa vie, Gorgias s’installe à Larissa, en Thessalie.

Œuvres

Mélissos de Samos avait écrit un ouvrage intitulé « De la nature ». Gorgias a alors cherché à réfuter les idées contenues dans ce livre de Mélissos, et il a donc écrit son principal ouvrage intitulé : « De la nature, c’est-à-dire sur le non-être ».

Les principales idées de Gorgias

Les idées de Gorgias vont à l’encontre de celles de Parménide et des autres philosophes éléatiques, qui affirment que l’être est et que le non-être n’est pas.

Pour Parménide, l’être est éternel, immuable, un et indivisible. L’être n’a pas été engendré dans le temps, puisqu’il a toujours été ce qu’il est ; il ne peut pas non plus être réduit au néant.

Contre ces thèses métaphysiques, le sophiste Gorgias oppose un argument assez curieux. Examinons son raisonnement.

1. L’être et le néant

Gorgias soutenait que le non-être, ou le néant, existait. Son raisonnement est le suivant : l’être est, et le non-être n’est pas.

Puisque le non-être « n’est » pas, alors il « est » quelque chose. « C’est » le non-existant, donc le non-être « est ». Par conséquent, le néant existe. Une fois qu’il a été prouvé que le non-être est, alors son opposé, l’être, n’est pas.

2. L’être n’est pas

Pour que l' »être » existe, en effet, il faut qu’il soit éternel ou engendré (thèse soutenue par Parménide). Mais si l' »être » est éternel, il doit être infini dans l’espace et le temps. Or, s’il est infini, il sera partout, mais ce qui est partout n’est nulle part. L' »être » ne peut donc pas être éternel.

Si l’on considère que l’être est engendré, alors il naît du non-être, ce qui n’est pas possible, puisque rien ne vient de rien. Mais si l’être naissait de l’être ? Impossible, car dans ce cas l’être existerait déjà avant de naître, ce qui est absurde

Par conséquent, l’être n’est pas. Et si le non-être est, rien n’existe. Cette doctrine de Gorgias a été appelée « nihilisme », car elle place le « néant » comme fondement philosophique de la réalité.

Résumé des idées de Gorgias

Les autres idées de Gorgias sur l’Être peuvent être résumées dans les points suivants :

  • Le néant existe, car les philosophes ont donné plusieurs définitions qui se contredisent, ce qui montre que l’être n’existe pas.
  • Même si l’être existait, il serait inconnaissable, c’est-à-dire impossible à connaître par quelque moyen que ce soit. La pensée ne pense pas toujours à l’être, comme le soutenait Parménide, car il nous arrive de penser à des choses qui n’existent pas, par exemple la Chimère, les Titans, etc.
  • Si nous étions capables de penser l’être, nous ne pourrions pas l’exprimer par des mots, car l’être est inexprimable. Si nos mots ne peuvent pas exprimer l’être, la réalité, alors ils ne sont plus porteurs de vérité, ils deviennent porteurs de persuasion et de suggestion.

Lorsque le mot est utilisé pour persuader un public, une assemblée ou des juges, il devient un grand instrument de rhétorique (oratoire) ; mais si le mot est utilisé à des fins esthétiques, il s’agit alors d’art. C’est pourquoi Gorgias est considéré comme le père de la rhétorique.

NEWSLETTER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 5 =