Plotin

Plotin (ca. 205 – 270) est un important philosophe néoplatonicien né en Égypte, qui a trouvé refuge dans le monde spirituel : « Il était en harmonie avec tous les hommes les plus sérieux de son temps. Pour eux tous, chrétiens et païens, le monde des affaires pratiques semblait n’offrir aucun espoir, et seul l’Autre Monde semblait digne de loyauté » (Russell, 1945). Plotin ayant toujours détourné l’attention de sa vie personnelle au profit de sa philosophie, peu de détails de sa vie sont connus.

L’un

Plotin a organisé toutes les choses en une hiérarchie, au sommet de laquelle se trouvait le Un, ou Dieu. L’Un est suprême et inconnaissable. Vient ensuite l’Esprit, qui est l’image de l’Un. C’est l’Esprit qui fait partie de chaque âme humaine et c’est en réfléchissant sur lui que l’on peut s’approcher de la connaissance de l’Un.

Le troisième membre de la hiérarchie, le plus bas, est l’âme. Bien que l’âme soit inférieure à l’Un et à l’Esprit, elle est la cause de toutes les choses qui existent dans le monde physique.

Les émanations de l’Un

De l’Un émanait l’Esprit, et de l’Esprit émanait l’Âme, et de l’Âme émanait la nature. Lorsque l’âme pénètre dans quelque chose de matériel, comme un corps, elle tente de créer une copie de l’Esprit, qui est une copie de l’Un.

Comme l’Un se reflétait dans l’Esprit, que l’Esprit se reflétait dans l’Âme et que l’Âme créait le monde physique, l’Inconnaissable était une partie très importante de la nature.

Corps et âme

Comme Platon et tous les autres néoplatoniciens, Plotin considère le corps comme la prison de l’âme. Par une méditation intense, l’âme peut être libérée du corps et demeurer entre l’éternel et l’immuable. Plotin pensait que tous les êtres humains étaient capables de vivre de telles expériences transcendantales et les encourageait à les vivre, car aucune autre expérience n’était plus importante ou plus satisfaisante.

À la définition stoïcienne de la bonne vie, qui consiste à accepter tranquillement son destin, et à la recherche épicurienne du plaisir, nous pouvons maintenant ajouter une troisième suggestion : se détourner du monde empirique pour s’unir aux choses éternelles qui résident au-delà du monde de la chair. La théorie de Plotin n’était pas chrétienne, mais elle a fortement influencé la pensée chrétienne ultérieure.

Plotin et Platon

Bien que Plotin soit généralement d’accord avec la philosophie de Platon, il ne partage pas le point de vue de Platon sur l’expérience sensorielle. Il estimait au contraire que le monde sensible était beau et donnait comme exemples l’art, la musique et les êtres humains séduisants. Non pas que le monde sensible soit mauvais, mais il est simplement moins parfait que le monde spirituel.

Bien que la philosophie de Plotin soit plus tolérante à l’égard des données sensorielles que le platonisme, Plotin n’en conclut pas moins que le monde physique est une copie inférieure du monde divin. Il suivait également Platon en pensant que lorsque l’âme entrait dans le corps, elle fusionnait avec quelque chose d’inférieur à elle-même, et que la vérité qu’elle contenait était donc obscurcie. Nous devons aspirer à connaître le monde au-delà du monde physique, le monde abstrait dont le monde physique est dérivé. Ce n’est qu’au-delà du monde physique que les choses sont éternelles, immuables et dans un état de félicité.

Le pas entre le néoplatonisme et le christianisme n’était ni grand ni difficile à franchir. Pour le chrétien, l’autre monde des néoplatoniciens est devenu le royaume de Dieu dont il peut jouir après la mort.

Références

Russell, B. (1945). A history of Western philosophy. New York: Simon & Schuster.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − onze =