Matière et forme selon Aristote: définition et exemples

La Métaphysique d’Aristote recherche, avant tout, les principes et les causes de toute réalité, c’est pourquoi il appelle cette science, dont l’objet est l’être tout en étant, la Philosophie première. Nous avons vu que le concept de substance joue un rôle central dans la pensée métaphysique aristotélicienne.

Pour Aristote, toute réalité est constituée de matière et de forme. Cette théorie métaphysique est connue sous le nom d’hilemorphisme.

Mais qu’est-ce que la matière et la forme pour Aristote?

Matière et forme selon Aristote

Aristote a déclaré que toutes les choses existant dans notre monde sont constituées de deux principes:

  • Matière (hyle en grec) : ce dont une chose est faite.

Tout ce qui existe dans le monde est constitué par ce principe matérie : les hommes, les animaux, une bactérie, un ordinateur, etc.

Selon Aristote, la matière est un principe indéterminé ; sa caractéristique principale est d’être le fondement de tout devenir, de tout changement. Par conséquent, il identifie également la matière à la puissance.

  • Forme (morphé en grec) : ce qui détermine la matière.

La forme est le principe qui détermine la matière, faisant d’elle un être individuel: homme, pierre, animal, etc. On peut dire que la forme est ce qui donne l’être à la matière.

C’est pourquoi la matière et la forme sont également liées aux principes d’acte et de puissance: la matière est puissance, la forme est acte.

Il convient de souligner que la forme, dans ce sens métaphysique, ne signifie pas une quelconque figure, par exemple la forme rectangulaire ou circulaire d’un objet.

La forme et la matière, pour Aristote, sont des principes métaphysiques intrinsèques de la réalité, et ne peuvent donc pas être comprises comme des choses.

Devenir pour Aristote

Nous soulignons toujours que ces concepts métaphysiques aristotéliciens visent aussi à expliquer le grand problème de la philosophie antique, qui est le devenir, le mouvement.

Selon Aristote, lorsqu’une chose change, elle passe de la puissance à l’acte, c’est-à-dire que la matière acquiert une nouvelle forme, une nouvelle détermination.

Par exemple, lorsqu’un lingot d’or est fondu et se transforme en chaîne, il conserve son substrat matériel (l’or) et reçoit une nouvelle forme (la chaîne).

La forme pure et la matière pure n’existent pas dans la nature

Le principe matériel isolé de la forme n’existe pas dans la nature, pas plus que la forme seule. L’un dépend de l’autre, car comme on l’a déjà dit, la matière est pure potentialité, totalement indéterminée.

Ce que nous trouvons dans notre monde sensible ne sont que des êtres (substances) déjà composés des principes matériels et formels

Alors, un conseil: pour comprendre tous ces concepts métaphysiques abordés ici, il ne faut pas essayer de les imaginer, c’est-à-dire tenter d’en créer des images. Ce n’est pas possible, puisqu’il s’agit évidemment de concepts métaphysiques (au-delà du plan physique).

La métaphysique est une invitation à la pensée pure sans imagination!

Références

Aristóteles. (2001). Metafísica, ensaio introdutório, texto grego com tradução e comentário de Giovanni Reale, (Trad. Marcelo Perine). Vol. I e II. São Paulo: Edições Loyola.

Jolivet, R. (1975). Vocabulário de Filosofia. Rio de Janeiro: Ed. Agir.

NEWSLETTER

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + vingt =