Érasme de Rotterdam

Desiderius Erasmus (1466 – 1536) est né à Rotterdam le 27 octobre. Il est le fils d’un prêtre et sa mère est la fille d’un médecin. Il est finalement ordonné prêtre, mais n’a aucun goût pour la vie monastique, préférant une vie d’études, de voyages et d’indépendance.

Tout en gagnant sa vie comme précepteur, ses voyages à travers l’Europe l’ont mis en contact avec les plus grands érudits de l’époque. Il meurt à Bâle à l’âge de 69 ans.

Les idées d’Érasme de Rotterdam

Érasme de Rotterdam était opposé à toute forme de croyance fanatique. Il aimait souligner les erreurs dans les classiques, affirmant que tout ce qui avait été créé par l’homme ne pouvait être parfait.

Il considérait l’exorcisme et l’alchimie comme absurdes et les attaquait, ainsi que d’autres formes de superstition.

Il conseillait aux gens de s’inspirer de la vie simple de Jésus plutôt que du luxe de l’Église.

Érasme pensait que la guerre était causée par le fanatisme et qu’elle n’était rien d’autre qu’un meurtre, et il était particulièrement contrarié par les évêques qui devenaient riches et célèbres grâce à la guerre.

Éclectique et pratique, Érasme de Rotterdam était un observateur attentif du monde et de ses problèmes. En ce qui concerne les femmes, Érasme avait des opinions à la fois traditionnelles et progressistes. Il louait les femmes pour leur rôle de soignantes, mais soutenait, contrairement à l’opinion dominante, qu’elles devaient avoir accès à l’éducation. Il s’oppose également à l’idée que le célibat est supérieur au mariage.

L’éloge de la folie

Érasme a achevé son livre, Éloge de la folie, en 1512, alors qu’il séjournait chez son ami Sir Thomas More en Angleterre. Ce livre a suscité de nombreuses controverses et a été réimprimé 40 fois de son vivant.

Dans cet ouvrage, il s’en prend à l’Église et à la papauté, aux philosophes, à la noblesse et aux superstitions de toutes sortes. Il affirme que les fous sont mieux lotis que les soi-disant sages, car les fous vivent selon leurs vrais sentiments plutôt que selon des doctrines religieuses ou philosophiques.

Les fous, disait-il, sont également plus heureux parce qu’ils ne craignent pas la mort, ne sont pas tourmentés par la culpabilité, ne craignent pas les fantômes, les esprits et les lutins, et ne s’inquiètent pas de l’avenir. De plus, comme les animaux non humains, les ivrognes et les petits enfants, les fous sont spontanés et disent la vérité.

Il est clair que la philosophie d’Érasme a beaucoup en commun avec le cynisme antique.

Erasme et la Réforme

Érasme est un critique des excès du catholicisme. Ses critiques de l’Église sont similaires à celles de Luther :

Le pape avait trop de pouvoir ; la prédication des indulgences avait dégénéré en un gain d’argent éhonté ; la vénération des saints avait été corrompue en superstition ; les bâtiments d’église étaient pleins d’images ; la musique des offices était plus appropriée pour un mariage ou une soirée arrosée ; la messe était servie par des prêtres qui menaient une vie impie et la servaient comme un cordonnier exerçant son métier ; la confession était devenue une usine à argent ; les prêtres et les moines étaient des tyrans éhontés.

Augustijn, C. Erasmus: His life, works, and influence. 1991.

Peut-être dans le but de le faire taire, l’Église catholique lui proposa secrètement de le nommer cardinal. Cette offre ayant échoué, toutes les œuvres d’Érasme se sont retrouvées sur l’index des livres interdits de l’Église catholique.

Au moment de la Réforme, Érasme de Rotterdam est tout aussi écœuré par ses excès et condamné par les catholiques comme par les protestants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + onze =