Thalès de Milet

Thalès de Milet était un philosophe grec de la période présocratique, astronome, ingénieur, mathématicien et l’un des sept sages de la Grèce antique.

Il est considéré comme le premier philosophe de l’histoire et le fondateur de l’école de Milet, à laquelle appartenaient également Anaximandre et Anaximène.

Biographie

Thalès est né vers 625 avant J.-C. dans la cité-État grecque de Milet, en Ionie, l’actuelle Turquie. Il est mort en 547 av. J.-C., à l’âge de 77 ans. Sa famille était d’origine phénicienne.

Il participa activement à la politique de sa ville en conseillant les Ioniens. Il se distingue également comme un excellent ingénieur en creusant un profond canal dans le fleuve Halys, provoquant un changement de direction des eaux et permettant ainsi à l’armée de Crésus de passer sur la rive opposée.

Lors de son séjour en Égypte, Thalès a eu l’occasion d’approfondir ses connaissances en mathématiques et en géométrie, notamment en calculant des distances et des hauteurs sur la base de l’égalité et de la similitude des triangles.

Œuvres

Certaines sources anciennes attribuent à Thalès certains ouvrages, tels que :

  • Guide Stellaire Nautique
  • Du Solstice
  • De l’Equinoxe

Cependant, les chercheurs modernes remettent en question l’authenticité de ces écrits.[1] Certains éléments le prouvent, comme le fait que Diogène affirme que Thalès n’a rien écrit et qu’il attribue le Guide Stellaire Nautique à Phocus de Samos.[2]

Philosophie

Thalès de Milet a joué un rôle fondamental dans le développement de la philosophie occidentale. Il s’inscrit dans un contexte historique et culturel marqué par le passage d’une pensée mythique à une approche plus rationnelle et systématique du monde.

Sa philosophie visait à expliquer l’origine et la constitution de la nature (physis). Ses principales idées peuvent être résumées comme suit :

  • L’eau est l’archè (le fondement de toute chose) ;
  • Toutes les choses ont une âme (vie) ;

L’eau comme Archè

Selon la théorie philosophique de Thalès de Milet, l’eau est le principe fondamental à l’origine de toute chose.

Il est arrivé à cette conclusion après avoir observé que l’eau joue un rôle important dans la préservation de la vie humaine et animale. Elle est également présente dans les graines, les plantes et les aliments.

Toutes les choses ont une vie

Thalès pensait que toutes les choses avaient une âme, c’est-à-dire une vie. Cette doctrine est connue sous le nom d’hylozoïsme, terme dérivé du grec hyle (matière) et zoe (vie).

Pour étayer cette doctrine, il utilise le fait que l’aimant attire le fer grâce à la force magnétique. Le mouvement induit par l’aimant serait la preuve que toutes les choses matérielles ont une vie.

En outre, sa déclaration selon laquelle « tout est plein de dieux » pourrait être liée à la doctrine selon laquelle tout a de la vie.

Aristote

« Thalès fait partie de ceux qui considèrent l’âme comme quelque chose de mobile, affirmant également que la pierre magnétique a une âme parce qu’elle fait bouger le fer.

De anima, livre I, 2

Cosmologie

Thalès pensait que la terre flottait sur l’eau, se déplaçant comme un navire. Les tremblements de terre seraient provoqués par les mouvements des eaux.

Le philosophe de Milet aurait également été le premier à déterminer la course du soleil d’un solstice à l’autre, de plus, il aurait stipulé la taille du soleil, qui correspondrait à la 720e partie du cercle solaire.

Astronomie

Thalès s’intéressait beaucoup aux observations astronomiques. Selon une anecdote rapportée par Diogène Laërce dans Vies et doctrines des illustres philosophes, Thalès, distrait par l’observation des étoiles, tomba dans un puits profond et, lorsqu’il cria au secours, une femme lui dit : « Ô Thalès, tu ne vois pas ce qui est à tes pieds et tu veux connaître ce qui se passe dans le ciel ! »

Prévoir une éclipse

Selon Hérodote, Thalès aurait prédit l’éclipse de soleil qui s’est produite le 28 mai 585 av. J.-C. Le passage soudain du jour à la nuit a entraîné la fin de la guerre entre les Mèdes et les Lydiens.

Pendant longtemps, on a cru que Thalès avait pu faire une telle prédiction grâce à son contact avec les archives astronomiques des Babyloniens. Cependant, certains chercheurs modernes contestent totalement la véracité de ce récit, soulignant les implications chronologiques et historiographiques contenues dans l’œuvre même d’Hérodote.[3]

Découverte de la Petite Ourse

Thalès de Milet a mesuré la constellation de la Petite Ourse, suggérant aux marins de Milet d’être guidés par elle. Les constellations de la Petite et de la Grande Ourse ont joué un rôle majeur dans les navigations de l’époque.

Géométrie

Thalès de Milet est reconnu comme l’un des premiers mathématiciens de l’histoire, ayant apporté des contributions significatives aux domaines de la géométrie et de la trigonométrie.

Le théorème de Thalès est un principe géométrique qui stipule que si deux lignes sont coupées par une transversale, les segments formés sur ces lignes sont proportionnels. Grâce à ce théorème, il a pu mesurer la hauteur des pyramides d’Égypte en observant l’ombre projetée par le soleil.

Foire aux questions

Qui était Thalès de Miletus ?

Thalès de Milet était un philosophe présocratique considéré comme le premier philosophe de la Grèce antique. Il a vécu aux alentours du VIe siècle avant J.-C. et est connu pour avoir cherché des explications rationnelles et naturelles aux phénomènes de la nature.

Que dit la théorie de Thalès de Milet ?

Thalès proposait que l’eau soit le commencement (archè) de toutes choses et que tout soit issu de cet élément. Sa théorie suggérait que l’eau avait la capacité de se transformer en différentes formes, expliquant ainsi la diversité des objets dans la nature.

Références

  • BORNHEIM, Gerd A. (Org.) Os filósofos pré-socráticos. São Paulo: Cultrix, 1998.
  • BURNET, John. A aurora da filosofia grega. Trad. de Vera Ribeiro. São Paulo: Contraponto, 2006.
  • KIRK, G.S., RAVEN, J.E. e SCHOFIELD, M. Os Filósofos Pré-Socráticos: história crítica e seleção de textos. Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian, 1983.
  • MARÍAS, Julián. História da Filosofia. Trad. Claudia Berliner. São Paulo: Martins Fontes, 2004.
  • MOSSHAMMER, Alden A. Thales’ Eclipse. Transactions of the American Philological Association, v. 111, p. 145-155, 1981.

Notes

  1. KIRK dit : les témoignages ne permettent pas une conclusion sûre, mais ce qui est probable, c’est que Thalès n’a pas écrit de livre.
  2. Aristote, par les expressions prudentes qu’il utilise lorsqu’il commente la philosophie de Thalès, semble n’avoir eu aucun contact direct avec les œuvres de Thalès. Des expressions telles que « en jugeant d’après ce qui est dit », ou « l’explication que Thalès aurait donnée… », montrent qu’Aristote n’était pas sûr de l’authenticité des opinions anciennes attribuées à Thalès.
  3. Selon Alden Mosshammer, « aucune éclipse réelle ne remplit les conditions du récit d’Hérodote ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − quatre =