Anaximène

Anaximène (585 – 528 av. J.-C.) était un philosophe de la période présocratique, et le troisième penseur de l’école ionienne de Milet. On sait qu’il était un disciple d’Anaximandre de Milet, mais il n’existe pas beaucoup de documents historiques sur sa vie ou ses activités pratiques.

Sa philosophie était centrée sur la recherche de l’arché, c’est-à-dire du principe et de la cause de toutes choses.

L’inaugurateur de cette ligne philosophique était Thalès de Milet, qui soutenait que l’arché était l’eau. Plus tard, son disciple Anaximandre a proposé l’apeiron comme principe primordial.

Oeuvres

Anaximène a écrit, en prose, une œuvre intitulée De la nature, mais on n’en connaît que quelques fragments.

Comme Anaximandre, la philosophie d’Anaximène a été préservée grâce aux doxographes, les écrivains grecs chargés de compiler les dires, les aphorismes, la poésie et la pensée des philosophes antiques.

L’arché d’Anaximène de Milet

Pour Anaximène, le principe de toute chose, c’est-à-dire l’arché, est l’air.

Il est d’accord avec Anaximandre quant à la thèse selon laquelle l’arché doit être quelque chose d’illimité et d’infini, mais il doit être pensé comme l’Air infini, vaste en étendue, présent dans toutes les choses du monde. 

Dans un de ses fragments, il dit :

De même que notre âme, qui est l’air, nous gouverne et nous soutient, de même le souffle et l’air embrassent le cosmos tout entier.

Condensation et raréfaction

L’air, selon Anaximène, donne naissance à toutes choses par le biais de : raréfaction et condensation.

Selon Anaximène, la raréfaction de l’air donne naissance au feu, et lorsqu’il est condensé, l’air donne naissance au vent, aux nuages, à l’eau et à la Terre, qui flotte sur l’air

Lorsqu’il atteint la condensation maximale, l’air se transforme en pierre. 

L’air se transforme donc en d’innombrables choses et formes sans perdre sa propre nature.

L’air est en perpétuel mouvement. Et ce mouvement suggère que l’air a aussi la vie, et parce qu’il est éternel, il possède des qualités proprement divines. En ce sens, selon Kirk, Anaximène semble partager la même thèse que Thalès selon laquelle la matière a la vie.

Ainsi, des modifications de l’air, naissent tous les êtres existants, ainsi que les êtres divins.

Lorsque l’air est bien distribué, il devient invisible. Son existence se manifeste par le froid et la chaleur, le mouvement et l’humidité.

Pour Anaximène, l’homme et son âme sont aussi totalement aériens.

Dieu pour Anaximène

Tout comme Thalès et Anaximandre ont développé l’idée de Dieu en harmonie avec son arché (l’eau et l’ápeiron), Anaximène a également suivi cette voie, et a proposé que les dieux surgissent de l’air.

Il convient de noter que si les trois philosophes de l’école ionienne ont parlé des dieux, ils ont essayé de présenter des arguments susceptibles d’étayer leurs thèses. Il est certain qu’ici, la philosophie fait encore ses premiers pas, rompant avec la tradition mythique dans laquelle tout était expliqué par l’action des dieux. Chez les philosophes de Milet, tout s’explique par la raison, y compris les dieux eux-mêmes. Et ceci caractérise bien la rupture de la philosophie avec le mythe.

Considérations finales

Avec ce bref résumé de la philosophie d’Anaximène, l’exposition de la philosophie de l’école ionienne se termine ici.

Nous avons vu que les trois philosophes de cette école partagent le même esprit philosophique. Ils recherchent tous le principe originel (arché) du monde. Et bien que ce type de philosophie semble dépassé, nous ne pouvons pas oublier l’importance historique qu’ils ont eue. Ces philosophes ont été les premiers, dans les annales, à étudier le monde de manière rationnelle.

NEWSLETTER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 8 =