Anaximandre de Milet

Anaximandre de Miletus était un philosophe grec présocratique, un astronome, un mathématicien et un géographe. Il était membre de l’école de Milet et maître d’Anaximène de Milet.

Son idée d’arkhè est considérée comme l’une des premières tentatives d’explication de l’origine de l’univers, sans recours aux mythes ou aux dieux.

Biographie

Anaximandre, disciple de Thalès, est né dans la ville de Milet, en Ionie, vers 611 avant J.-C. et est mort en 547 avant J.-C.

En son temps, il était connu pour son intérêt pour l’astronomie et on lui attribue la création d’un globe et d’une carte du monde. En outre, il aurait inventé un gnomon, un cadran solaire qu’il utilisait pour observer et déterminer les solstices, l’heure, les saisons et les équinoxes.[1]

Un gnomon
Gnomon : ancien instrument astronomique utilisé pour déterminer l’heure grâce à l’ombre qu’il projette.

Œuvres

Anaximandre a écrit un ouvrage intitulé Sur la nature, dont il ne reste que quelques fragments.[2]

Les idées philosophiques d’Anaximandre sont largement connues grâce à des citations d’autres philosophes, tels qu’Aristote, Simplicius et Aetius. Cette limitation rend difficile la reconstruction précise et systématique de sa pensée.

Anaximandre Anaximandre, L'école d'Athènes, par Raphaël Sanzio
Anaximandre, L’école d’Athènes, par Raphaël Sanzio, 1510-1511.

L’apeiron d’Anaximandre

Pour Anaximandre, l’arkhè (principe de toutes choses) est l’apeiron (ἄπειρον), qui signifie en grec illimité, indéterminé, infini, etc.

L’apeiron, selon Anaximandre, est éternel et n’a jamais eu de commencement. Ce principe fondamental est présent en toutes choses, soutient et gouverne l’univers, et c’est par lui que toutes les choses sont engendrées. L’apeiron est un principe « anonyme », non perceptible et de nature indéfinie.

De ce principe illimité toutes choses naissent et toutes choses y retournent. Anaximandre a dit :

L’apeiron (illimité) est éternel ;

L’illimité est immortel et indissoluble.

Anaximandre n’explique pas l’origine des choses par le changement des éléments primordiaux (comme le soutiendront plus tard certains philosophes présocratiques), mais plutôt par la séparation des opposés, conséquence d’un mouvement éternel.

Les contraires

Selon Anaximandre, des éléments contraires sont en lutte constante.

Les contraires (chaud et froid, sec et humide, etc.) sont en conflit, et ils peuvent être unis ou séparés. À ce sujet, Anaximandre dit dans un de ses fragments :

Toutes les choses se dissipent là où elles ont pris naissance, selon la nécessité ; car elles se paient mutuellement le châtiment et l’expiation de l’injustice, selon la détermination du temps.

Dans la nature, un contraire tend à détruire l’autre. Par exemple, lorsqu’ils se rencontrent, le feu et l’eau se battent jusqu’à ce que l’un l’emporte sur l’autre. C’est par la séparation des contraires que naissent toutes les choses.

Cosmologie et cosmogonie

Selon Anaximandre, la Terre a une forme cylindrique et reste fixe, au repos absolu.

La terre cylindrique d’Anaximandre

La lumière de la lune est générée par la luminosité du soleil, et le soleil, aussi grand que la terre, est un feu pur. En raison de la naissance du cosmos, la force créatrice du principe s’est séparée de la chaleur et du froid, formant une sphère de ce feu autour de l’air.

Anaximandre explique l’ordre du monde par la séparation des contraires, résultant d’un mouvement éternel dans l’apeiron. Comme le rapporte Hippolyte, Anaximandre aurait affirmé que « le mouvement est éternel et c’est de lui que naissent les cieux ».

De plus, il croyait en des mondes infinis, éloignés les uns des autres.

Le concept de Dieu

La conception de Dieu d’Anaximandre est conforme à sa conception de l’apeiron, dans laquelle Dieu est le Principe infini et illimité, tandis que les autres dieux sont considérés comme des mondes.

Dieu, en tant que principe indéterminé, ne naît ni ne périt, mais les dieux (les mondes) naissent et meurent de manière cyclique.

Les origines de la vie

Anaximandre explique l’origine de la vie animale à l’aide de sa théorie des contraires et des processus d’évolution.

Selon lui, les animaux sont nés de l’humide, recouverts d’une écorce épineuse. Au fil du temps, ces animaux sont montés dans le sec, ont brisé leur écorce et ont acquis de nouvelles formes de vie.

Les humains, à leur tour, auraient émergé de l’intérieur des poissons et, après s’être nourris et avoir acquis la capacité de se protéger, ils auraient été expulsés et jetés sur la terre ferme.

Tableau synoptique

Philosophe
Anaximandre de Milet
Naissancevers 611 avant J.-C. – Milet
Décèsvers -546 av. J.-C
ŒuvresSur la Nature
PériodePrésocratique
ÉcoleEcole de Milet
Idées maîtressesApeiron comme arkhè
Concept évolutionniste de la vie
Influencé parThalès de Milet
A influencéAnaximène
Pythagore

Notes

  1. L’historien Hérodote affirme que ce sont les Babyloniens qui ont appris aux Grecs à utiliser le gnomon à des fins astronomiques. Anaximandre n’aurait donc fait qu’importer cet instrument en Grèce.
  2. Le nom de l’ouvrage, Sur la nature, est un nom générique souvent donné aux écrits des présocratiques, puisque les philosophes de cette période s’intéressaient à l’explication du principe et de la constitution de la nature (physis).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × deux =